Influenza Aviaire

Le classement...

Situation actuelle : Risque négligeable

Arrêté du 04 Mai 2017

Le ministre en charge de l'agriculture a en effet décidé, par arrêté du 4 mai 2017, d'abaisser le niveau de risque influenza aviaire en le qualifiant désormais de négligeable sur l'ensemble du territoire métropolitain.

Cette décision tient notamment compte de l'évolution favorable de la situation sanitaire observée dans la faune sauvage française et de l'absence de cas récent dans les zones de provenance des oiseaux migrateurs présents ou circulant sur le territoire national.

En conséquence, les mesures de restriction qui avaient été mises en place depuis mi-novembre 2016 par les détenteurs de volailles n'ont plus lieu d'être.

En particulier, les volailles n'ont plus à être confinées.

La vigilance reste par contre de mise pour l'ensemble des détenteurs de volailles, toute situation anormale devant être signalée à un vétérinaire.

Pour complément d'informations sur le sujet, je vous invite à consulter le site du ministère de l'agriculture :

En savoir plus : http://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-la-france-passe-dun-niveau-de-risque-modere-negligeable


Situation précédente : Risque élevé

Arrêté du 16 Novembre 2016

L'arrêté ministériel du 16 novembre 2016 qualifie d'élevé, à ASSÉRAC (ainsi que toutes les communes de Cap Atlantique), le niveau de risque en matière d'influenza aviaire hautement pathogène.

Aussi, les détenteurs d'élevages non commerciaux de volailles ou autres oiseaux captifs se situant à ASSÉRAC, doivent immédiatement les confiner ou mettre en place des filets de protection sur leur basse-cour.

Devant la recrudescence de cas d'influenza aviaire hautement pathogène en Europe dans l'avifaune sauvage, en tant que détenteurs de volailles ou autres oiseaux captifs destinés uniquement à une utilisation non commerciale, vous devez mettre en place les mesures suivantes :

Vous êtes dans une commune en risque élevé :

• confiner vos volailles ou mettre en place des filets de protection sur votre basse-cour.

Dans tous les cas :

• exercer une surveillance quotidienne de vos animaux.

Par ailleurs l'application des mesures suivantes, en tout temps est rappelée :

  • protéger votre stock d'aliments des oiseaux sauvages, ainsi que l'accès à l'approvisionnement en aliments et en eau de boisson de vos volailles;
  • aucune volaille (palmipède et gallinacée) de votre basse-cour ne doit entrer en contact direct ou avoir accès à des oiseaux sauvages et des volailles d'un élevage professionnel et vous devez limiter l'accès de votre basse-cour aux personnes indispensables à son entretien. Ne vous rendez pas dans un autre de volaille sans précautions particulières ;
  • il faut protéger et entreposer la litière neuve à l'abri de l'humidité et de toute contamination sans contact possible avec des cadavres. Si les fientes et fumiers sont compostés à proximité de la basse-cour, ils ne doivent pas être transportés en dehors de l'exploitation avant une période de stockage de 2 mois. Au- delà de cette période, l'épandage est possible ;
  • il faut réaliser un nettoyage régulier des bâtiments et du matériel utilisé pour votre basse-cour et ne jamais utiliser d'eaux de surface : eaux de mare, de ruisseau, de pluie collectée… pour le nettoyage de votre élevage.

ATTENTION

Si une mortalité anormale est constatée : conserver les cadavres dans un réfrigérateur en les isolant et en les protégeant et contactez votre vétérinaire ou la direction départementale en charge de la protection des populations.


En savoir plus : http://agriculture.gouv.fr/influenza-aviaire-strategie-de-gestion-dune-crise-sanitaire


Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes